Salade de crabe

Françoise Boutet

Tu as un cancer, tu es angoissée et as peur de la suite ? Tu accompagnes une personne malade et ne comprends pas ses réactions ? Tu es thérapeute et aimerais mieux comprendre ce que tes malades vivent au quotidien ? Bienvenue sur Salade de crabe, le podcast qui  vous apporte témoignages, réponses et conseils pratiques pour mieux vivre le cancer. Je m’appelle Françoise Boutet, j’ai 63 ans, et en 2022, j’ai vécu et vaincu 2 cancers des seins et 1 du poumon.  Pendant ce parcours, j'ai bataillé pour avoir des réponses, pour comprendre ce qui m’arrivait, ce qu’on me faisait, et j’ai témoigné avec humour de ce combat dans mon blog et sur les réseaux sociaux.  Je partage maintenant avec toi mon témoignage, afin que ce parcours et ces connaissances puissent t'aider à ton tour.   Tu peux retrouver mon blog sur mon parcours cancer ICI (https://equilibrance-coaching.com/blog-et-articles/). read less

Brassières et soutien-gorges - E 48 - #Asavoir
Apr 27 2023
Brassières et soutien-gorges - E 48 - #Asavoir
Ce post est interdit aux hommes ! Non, je blague ; simplement, je vais traiter de soutiens-gorges et autres brassières, alors je pense que vous, messieurs, ne vous sentirez pas vraiment concernés, à moins que vous ne songiez à transmettre ces conseils à vos proches féminines. En effet, avoir de la poitrine et être opérée du sein ou du thorax génère des douleurs ou des problèmes spécifiques qui impliquent de choisir le bon sous-vêtement. Cela a été d’autant plus difficile pou moi que j’avais abandonné leur utilisation avec le covid et avais retrouvé une liberté que j’ai du abandonner avec regret : cela a été dur de devoir renouer avec cet accessoire ! De plus, comme j’ai été opérée des 2 seins, puis du poumon (j’ai subi une thoracotomie – le chirurgien m’a ouvert le dos comme un poulet pour en extraire un lobe pulmonaire) et ai subi de la radiothérapie, j’en ai testé et utilisé de nombreux types, et je te livre ici le fruit de mon expérience. Car à chaque traitement, il te faudra un type spécifique de soutien, à chaque fois différent :  - compressif (tuméroctomie), - non irritant (radiothérapie), - le plus léger possible (cicatrisation)… Alors, pour t’aider dans tes choix, et t’éviter les mêmes erreurs que moi, je te conseille d’écouter ce bref épisode qui te dira tout sur les soutien-gorges et les brassières idéales lorsque tu as un cancer. Et ce, parfois, même si tu as peu de poitrine. Tu as un cancer et tu angoisses ? Tu as peur des examens ? Tu accompagnes une personne malade et ne comprends pas ses réactions ? Bienvenue dans cette 3ème saison du podcast Salade de crabe, dans laquelle je reprendrai le récit de mon parcours et de la manière dont je l'ai vécu, mais également posterai des interviews de malades (qui te montreront qu'il faut toujours garder espoir), d'intervenants divers et de thérapeutes de médecines complémentaires, qui m'ont beaucoup aidée à supporter cette période fatigante et douloureuse.
Kiné du sein et cicatrices - E 47 - #Monparcourscancer
Apr 24 2023
Kiné du sein et cicatrices - E 47 - #Monparcourscancer
Si tu as subi une opération suite à ton cancer, tu te retrouveras chaque matin face à tes cicatrices dans le miroir : une tuméroctomie ou une mastectomie laissent de profondes cicatrices dans notre chair, et c’est très dur de regarder le résultat.  Que ce soient des lignes rougeâtres, des gonflements (au début) ou des boursouflures, les stigmates de l’opération sont bel et bien là.  Et nous transformeront pour la vie.     Heureusement, il existe des moyens d’atténuer tout cela, et la kinésithérapie du sein en est un, très efficace au demeurant pour éviter toute complication, comme les chéloïdes, ces adhérences dures et blanches qui, si elles ne sont traitées dès le début, resteront indélébiles.     Dans cet épisode, je partage avec toi les différents moyens que j’ai utilsés avec succès pour limiter les dégats : je me retrouve maintenant, presque un an après mes 2 tuméroctomies, avec de simples lignes blanches symétriques qui s’atténuent peu à peu. De plus, j’ai demandé à mon médecin des sénces de kinésithérapie du sein : même si mon kiné ne faisait pas partie du réseau kiné du sein, il avait suivi la formation spécifique pour traiter ce type de cicatrices, et effectuer le drainage nécessaire à la remise en forme de ma poitrine.     Comme toujours, il faut une ordonnance médicale délivrée par l’oncologue qui t’a opérée pour pouvoir en bénéficier : il a souvent été dit (à tort ou à raison ?) qu’il ne fallait jamais drainer des seins atteints de cancer.  Dans mon cas, l’oncologue a jugé que ce n’était pas le cas, et a ajouté que, de toute manière, la lymphe s’évacuait d’elle-même dans le corps.  Donc, comme toujours, ne fais rien sans avis médical !  Chaque cancer et chaque personne étant différente, seul lui peut décider de ce qui est nécessaire dans ton cas.     Et pour connaître le réseau des Kinés du sein, c’est ICI : https://www.reseaudeskinesdusein.fr/. En cliquant sur le lien, tu pourrais voir s’il y en a un dans ta commune.  Mais beaucoup de kinés sont aussi compétents, bien que non affiliés : pour le savoir, fais attention aux retours des personnes que tu connais et qui te parleront des kinés de ta région et te conseilleront sur les meilleurs dans ton cas.     Tu as un cancer et tu as peur et tu angoisses ?   Tu accompagnes une personne malade du cancer et ne comprends pas ses réactions ?  Tu trouveras ici des témoignages, des conseils pratiques, de l'aide pour mieux vivre ce parcours épuisant, comprendre ce que tu vis et y faire face avec le moins de désagréments possibles.
Comment vit-on après un cancer ou une maladie chronique ? - E 46 - #Asavoir
Apr 13 2023
Comment vit-on après un cancer ou une maladie chronique ? - E 46 - #Asavoir
Comment vit-on après un cancer ?  Beaucoup de gens se posent la question, et il est vrai que nous en sortons rarement indemnes.  Et c’est très dur à expliquer à notre entourage, car nous apprenons à faire « avec », n’ayant évidemment guère le choix, mais il est compliqué de faire la liste de tous nos petits maux physiques, et de la détresse psychologique qui les accompagne.     Car vivre un cancer implique de faire le deuil de beaucoup de choses que nous considérions comme allant de soi, ou totalement acquises.  Et cela implique une remise en question importante, et parfois cataclysmique, car c’est tout notre univers qui s’effondre d’un seul coup, brutalement, douloureusement, parfois sans espoir de retour.     J’ai enregistré cet épisode pour que tu puisses te rendre compte de ce que tu as vécu, de ce que tu vis, même si j’espère de tout cœur que tout va bien pour toi et que tu n’as plus aucun effet secondaire.     Mais aussi pour que , si malheureusement c’est le cas, tu puisses le faire écouter à ton entourage.  Pour faire comprendre à toutes les personnes qui t’accompagnent, et ne comprennent pas toujours ce qui t’arrive, tes réactions ou les comportements qu’elles te reprochent.     Car nous perdons tellement de choses : la santé, la maîtrise de notre corps et de notre temps, notre estime de nous, notre identité de femme, l’intégrité de notre corps…     Et nous récupérons en échange des douleurs, de la fatigue, des troubles cognitifs, et d’autres choses pas vraiment agréables et avec lesquelles il nous faut apprendre à vivre désormais pendant de longs mois, et parfois pour la vie.     Voilà, toi qui m’écoutes, tu découvriras tout cela dans un cri du cœur, un bilan post-cancer que j’ai écrit il y a quelques jours car je voulais poser tout ce que j’avais vécu, tout ce que je vis encore maintenant.     Aussi pour expliquer que, même si je parais aller bien, je souffre toujours de douleurs qui me réveillent, d’essouflement qui m’empêche de marcher vite et longtemps ou de courir, de troubles de la mémoire qui me handicapent au quotidien et me font pleurer de peur et de frustration.     Et j’en parle, parce que je veux témoigner et libérer la parole, mais je connais tellement de sœurs de combat qui n’osent même plus en parler, de peur de s’entendre dire : « tu te plains tout le temps ».  Non, nous souffrons tout le temps, nuance.  Même si cela ne se voit pas.     Alors, si vous avez un proche, une amie ou une collègue qui a souffert du cancer, ou souffre d'une maladie chronique "invisible", écoutez cet épisode et, ensuite, regardez-là avec un peu plus de bienveillance.
Trouver du réconfort avec les cartes oracles - E 45 - #Interview
Apr 11 2023
Trouver du réconfort avec les cartes oracles - E 45 - #Interview
L’aide dont nous avons besoin peut prendre différentes formes. La preuve ? L’aide bienvenue (et inattendue) reçue de la part de Anne Boggione juste avant mon départ pour le bloc opératoire. Je devais alors subir une thoracotomie, opération importante consistant à ouvrir le dos de la cage thoracique, écarter les côtes, inciser la plèvre pour ensuite extraire le lobe pulmonaire présentant une tumeur maligne. Je commençais à paniquer quand je reçus un message de Anne, une amie thérapeute elle aussi, qui me proposa de me faire une lecture d’oracles. Alors, qu'est ce que les cartes divinatoires ou oracles ? Il faut que je vous dise que je n’ai jamais « accroché » avec les cartes divinatoires : connaître mon futur ne m’a jamais intéressée (je préfère vivre pleinement l’instant présent). Et pourtant, j’ai changé d’avis il y a quelques années, lorsque j’ai rencontré sur un salon que j’organisais avec des amies une talentueuse praticienne qui lisait les cartes. Pas pour dire l’avenir, mais pour offrir un éclairage différent sur des problématiques rencontrées par les personnes. A l’instar de Jung, spécialiste de l’inconscient, ou de Jodorowski qui appréhendaient de cette manière la lecture des tarots et autres oracles. Puis lorsque Anne, lors d’une rencontre mémorable entre thérapeutes racontée DANS CET EPISODE, nous a fait un tirage qui m’a carrément bluffée à l’aide de l’Oracle d’Isis, coffret réunissant cartes, et livret d’explications et de protocole à faire si on désire aller plus loin et se libérer de la cause. Donc Anne, lorsqu’elle me vit en pleine panique, me proposa un tirage qui me délivra totalement de la peur que je ressentais, à tel point que je partis au bloc (et en ressortis) totalement détendue. Je voulais absolument te faire rencontrer cette belle personne, qui travaille d’une autre manière avec une énergie que je qualifierai de spirituelle, car elle va bien au-delà d’un tirage de carte et de la lecture d’un livret et rejoint une forme de guidance, simplement avec le son de sa voix et l’énergie qu’elle dégage. Tu peux récuser cette forme d’aide, et c’est ton droit le plus strict, mais je pense que cet interview peut peut-être t’aider à ton tour. Car je pense qu’il ne s’agit que d’une autre manière d’aborder notre inconscient et de mettre en lumière ce qui nous tracasse, tout en lui apportant une forme de solution qui lui parle directement. Quoi qu’il en soit, cela m’a vraiment aidée, et je voulais te le partager à mon tour. Et j’ai acheté moi aussi cet oracle, que tu peux découvrir ICI . Et si tu veux en savoir plus sur Anne, voici son Facebook et son Instagram .
1ère séance de kiné du sein - E 44 - #Monparcourscancer
Apr 6 2023
1ère séance de kiné du sein - E 44 - #Monparcourscancer
Même si la cicatrisation se passe bien, nous ne sommes pas à l’abri de mauvaises surprises qui nous font repartir dans l’enfer de l’angoisse. Cette fois, j’y ai eu droit, même si j’ai eu plus de peur que de mal : les suites de l’opération se révèlent parfois riches en surprises désagréables. Heureusement, l’équipe médicale et le chirugien ont toujours été là pour répondre à mes questions.. et me rassurer ! Et ces derniers jours ont été bien remplis : j’ai rencontré le radiothérapeute (et non radiologue, comme je l’avais écrit) qui m’a expliqué ce qui m’attend.j’ai eu ma première séance de kinésithérapie du sein, afin de drainer les lymphocoèles avant le début de la radiothérapie. Je te raconte tout cela en détail dans cet épisode. Et j’ai, encore et toujours utilisé l’EFT (emitonal freedom techniques – techniques de libération des émotions) pour calmer les pics d’angoisse qui m’ont assaillie ces derniers jours. Si tu désires en savoir plus, voici le lien pour télécharger (gratuitement !) la fiche de la méthode    , dont je parle en détail dans l’épisode 16 que tu peux écouter ici . N’oublie surtout pas que ce que je te raconte ici est MON témoignage, ce que j’ai vécu, mais pas forcément ce que tu vivras toi aussi. Et j’espère que tu ne vivras pas cette peur, que j’ai malheureusement eu un matin en me lavant. Car, et je ne t’arrêterai pas de te le répéter, quel que soit ton cancer, tu as mis le pied dans un véritable ascenseur émotionnel, qui ne cessera de t’emmener très haut pour mieux te faire descendre à la cave un peu plus tard. C’est pour cela que je te conseille, si tu veux partager avec d’autres malades comme toi, de rejoindre le réseau dont je t’ai parlé dans le dernier épisode : où chercher des informations fiables sur internet . Comme je te l’explique en détail, tu y trouveras également des forums dédiés aux cancers les plus courants. Tu as un cancer et tu as peur et tu angoisses ? Tu accompagnes une personne malade du cancer et ne comprends pas ses réactions ? Tu trouveras ici des témoignages, des conseils pratiques, de l'aide pour mieux vivre ce parcours épuisant, et pour comprendre ce que tu vis et comment y faire face au mieux.
Où chercher des informations fiables sur internet ? - E 43 - #Asavoir
Mar 30 2023
Où chercher des informations fiables sur internet ? - E 43 - #Asavoir
Quand tu apprends que tu as un un cancer, tout s’écroule autour de toi, et tu ne sais pas forcément trop où chercher des renseignements, notamment sur les réseaux sociaux ou internet, car trop d’informations sur le cancer y pullulent.     J’avais fait le choix volontaire de ne rien rechercher sur internet , car l’avalanche d’informations disponibles est hautement anxiogène, le meilleur y cotoyant le pire.  Idem pour les réseaux sociaux : j’en ai fréquenté quelques uns, dans lesquels les malades s’épanchaient sur leurs malheurs – à juste titre – mais de manière parfois trop détaillée (et horrifiante, voire choquante) pour moi, alors que d’autres donnaient des conseils plus ou moins péremptoires… et parfois totalement à côté de la plaque, voire dangereux. A ce sujet, je te rappelle que chaque cancer, comme chaque malade est différent, que ce qui convient à une personne ne vaut pas pour une autre, et que seuls les oncologues sont à même de te renseigner. Même si tu souhaite (et peux) demander un avis à un autre spécialiste en cas de différent, comme je l’explique dans l’épisode 38 sur les droits des malades.      Alors, je vais te parler dans cet épisode  de 2 associations, créées par et pour les malades du cancer.  Je regrette vraiment de ne pas en avoir eu connaissance dès le début, alors que j’en avais le plus besoin !     J’ai découvert l’association Rose up, grace à son magazine Rose magazine distribué gratuitement dans tous les PRC.  Je te conseille vivement d’aller sur leur site, dont voici le lien : tu y trouveras  une mine ’informations, notamment des conseils pratiques et des conférences et webinaires.  De plus, en y adhérant, tu pourras participer à des ateliers plus personnalisés.  Je dois avouer que je n’en ai eu réellement connaissance qu’à la fin de mon parcours, car je me contentais de lire le magazine dans les salles d’attente, et je suis consciente d’être passée à coté de beaucoup d’informations et de tressources qui auraient pu m’aider.     La seconde, à laquelle je collabore fréquemment, est l’association Patients en réseau, qui a un site, mais offre égalem ent le téléchargement de 4 applications, chacune dédiée à un type de cancer.  J’ai téléchargé MRCS, Mon réseau cancer du sein, et MRCP, pour le cancer du poumon, mais il en existe 2 autres déclinaisons, pour les cancers gynéecologiques et colorectal.  Toutes ces applications présentent 2 grands axes :   - tout d’abord  un forum de patients, dans lequel tu peux parler, t’épancher, partager bonnes et mauvaises nouvelles, recevoir de l’aide ou remonter le moral à ton tour, sans crainte d’être jugée car tous ont vécu sensiblement la même chose que toi et savent ce que tu traverse.  - ensuite, une série d’articles explicatifs et de conseils pratiques sur plein de thèmes autour de la maladie.     Les articles de ces 2 sites sont faciles à lire, mais surtout fiables, car écrits avec des scientifiques, et ils te donneront tous les renseignements et toutes les aides dont tu auras besoin dans l’instant.
Le lymphocoele - E 42 - #Monparcourscancer
Mar 28 2023
Le lymphocoele - E 42 - #Monparcourscancer
On nous parle souvent des lymphoedèmes, ces gonflements des bras suite à l'ablation des ganglions lymphatiques sous-axillaires.  Mais on nous parle beaucoup plus rarement d’un trouble moins connu : le lymphocèle, ou gonflement du sein opéré, engorgé par la lymphe qui ne s’évacue plus, ou mal, à la suite de l’extraction du ganglion sentinelle et de ceux proches de la tumeur.      Et quand cela nous arrive, c’est une énorme source d’angoisse, surtout si nous n’avons pas été prévenues auparavant de cette « légère » (pour les chirurgiens) complication.     Car notre sein gonfle, gonfle, devient dur et douleureux, et on se demande ce qui se passe…  Et pourtant, d’après des études, entre 30 et 50% des femmes opérées souffrent de ce trouble d'autant plus angoissant que nous ne sommes pas forcément informées de son apparition.     Heureusement, ce n'est pas grave en général, même si c’est fichtrement impressionnant lorsqu’on le subit.  Et il se résorbe dans la majorité des cas de façon naturelle, après une ou plusieurs ponctions, effectuées lorsque la tension devient trop douloureuse et impressionnante.     Quant à moi, j’aurai vécu une autre complication rare associée au lymphocèle dans un de mes seins : avoir de l’air emprisonné en même temps que le liquide lymphatique. Oui, vous avez bien lu : de l’air !   En ce qui me concerne, j'aurais eu 5 ponctions en un peu plus de 2 semaines.     Je vous raconte tout cela dans cet épisode, ainsi que mes émotions, mon moral, les ponctions… et la suite.     Et pour découvrir l'EFT, qui m'a aidée tous les jours de ce parcours, et dont je te parle souvent, télécharge ICI la fiche explicative .  Ainsi, tu pourras t'en servir à ton tour pour calmer facilement tes peurs et tes angoisses.  L’EFT (emotionnal freedom techniques – techniques de libération des émotions) est une méthode de pression sur des points du visage, du torse et des mains.  Elle s’apprend en quelques minutes et tu pourras l’utiliser en toutes circonstances de manière totalement autonome.  Je peux dire que je l’ai pratiquée tous les jours pendant tous ces mois, et qu’elle m’a été d’une très grande aide.
Calmer les douleurs chroniques - E 41 - #Interview
Mar 23 2023
Calmer les douleurs chroniques - E 41 - #Interview
Pendant un cancer, comme dans la plupart des maladies chroniques, nous apprenons à vivre avec la douleur physique. Ou plutôt LES douleurs. Les douleurs aigües, celles qui vous réveillent en pleine nuit  : - des piqûres et autres prélèvements, - des brûlures de radiothérapie, - des plaies qui se referment, - des soins de suites d’opération, - des sursauts quand on marche, ou fait de la voiture (merci les cahots !), - de la ceinture de sécurité qui appuie sur les plaies, - des soutiens-gorge qui frottent sur les cicatrices… Mais également les douleurs chroniques qui vous épuisent peu à peu, bien qu’on apprenne (pas le choix !) à vivre avec elles : - les douleurs post-op, dans les seins, les côtes, ou ailleurs, qui vous épuisent peu à peu et vous font voir la vie au travers d’un voile gris,  - les douleurs neuropathiques, celles des « membres fantômes » et des nerfs qui repoussent, - les douleurs qui remplacent le plaisir, et vous font dire « aïe » quand on vous caresse le sein ou le dos au lieu d’un « huummm » de contentement, car vos sensations sont déréglées,  - les paresthésies, fourmillements désagréables ou douloureux… Les médecins nous prescrivent des médicaments qui les soulagent, parfois au prix d’autres désagréments (vertiges, troubles divers…). Ou ils vous disent : « ce n’est rien », « ça va passer », « prenez votre mal en patience… ». Dans les meilleurs des cas, on vous dirige vers la clinique anti-douleurs, qui fera un diagnostic plus précis pour vous aider au mieux, avec un choix de différentes techniques innovantes. Mais il existe d'autres alternatives, ou plutôt des thérapies complémentaires qui peuvent réellement nous aider, en ayant une autre approche de la douleur. Alors, pour toi, j’ai interviewé ic Nancy Sebe, psychothérapeute diplomée d'état et spécialiste de la douleur chronique, qui m'a suivie et aidée pendant mon parcours grace aux techniques qu'elle utiliser et qu'elle enseigne. Nancy vit avec la douleur chronique depuis de longues années et a écrit un ouvrage de référence sur ce sujet : Se libérer de la douleur chronique, que vous pouvez découvrir ICI.  Nancy t’expliquera TOUT sur la douleur chronique et les moyens pratiques de la diminuer dans cet épisode. Mais nous parlerons aussi de plein de choses intéressantes ! Et elle t'offre EN CLIQUANT SUR CE LIEN  une ronde d'EFT à utiliser pour calmer ta douleur.
Pertes de mémoire et cancer - E 40 - #Asavoir
Mar 16 2023
Pertes de mémoire et cancer - E 40 - #Asavoir
Savais-tu qu'il est "normal" d'avoir des pertes de mémoire quand on a un cancer ?     Ou plutôt lorsque l'on suit un traitement pour le cancer, car outre le fait qu'il ait pour but d'éradiquer les cellules malades, celui-ci force ton organisme à se régénérer, ce qui a des effets secondaires qui peuvent inclure les troubles cognitifs comme les pertes de mémoire, d'attention, de concentration...  Et si tu y rajoutes le stress, la fatigue et les effets secondaires des médicaments que tu as reçus (anti-douleurs, anesthésiques, hormonothérapie, chimiothérapie…), cela fait un bon cocktail, très efficace pour troubler ton cerveau, et te faire perdre la mémoire.    J'en sais quelque chose, puisque je vis au quotidien depuis plusieurs mois ces pertes de mémoire, et cela m'inquiétait énormément, car aucun oncologue ne m'avait prévenue que cela pouvait m'arriver.  J’en étais arrivée à me demander si je n’avais pas quelque chose de plus grave ?  Mes enfants s’inquiétaient, car je répétais parfois plusieurs fois de suite la même question à quelques minutes d’intervalle (j’avais aussitôt oublié que je l’avais déjà posée, ainsi que la réponse apportée).     Nous sommes extrèmement nombreuses à souffrir de tels troubles, et chacune d’entre nous le vit seule, souvent dans l’angoisse, alors qu’il suffirait d’en parler pour comprendre ce qui nous arrive !    Alors, pour te rassurer et t'expliquer les causes multifactorielles de ces troubles cognitifs, je t'ai résumé ce que j'ai appris dans cet épisode.    Dans cette 3ème saison du podcast Salade de crabe, je posterai maintenant régulièrement des conseils pour mieux t'aider à vivre ton cancer et surtout son traitement.  Et surtout, je te livrerai des conseils pratiques que j’aurai essayés ou découverts par moi-même, testés et approuvés en situation réelle.  Pourquoi s’épuiser à réinventer ce que d’autres femmes ont déjà découvert ?     C’est pourquoi je te demanderai de partager au maximum cet épisode de podcast autour de toi, afin de le faire connaître pour aider toutes celles qui découvrent le parcours cancer à leur tout, et qui sont totalement démunies, comme je l’ai été, comme tu l’as été (et l’es peut-etre encore en ce moment).